Mon enfant fait des crises de colère en public, comment dois-je réagir ?

0
77
Mon enfant fait des crises de colère en public, comment dois-je réagir-min
© Photo : Istock

Pour de nombreux parents, les crises de colère en public sont monnaie courante. Comment réagir en pareille circonstance ? Que faut-il éviter de faire ? Les conseils de la psychanalyste Liliane Holstein.

« Ma fille et moi ne pouvons plus faire les courses ensemble. Elle crée une situation dès qu’elle passe devant les rayons de jouets pour que je lui en achète un. Elle se met à crier au milieu du magasin si je refuse. Dans ces situations, je me sens terrifiée, impuissante et figée par le regard jugeant des autres autour de moi. » La psychologue Liliane Holstein, auteur de Le burn out parental (éd. Josette Lyon), rencontre dans son cabinet de plus en plus de mères comme Virginie, impuissantes face à leur enfant incontrôlable.

Des parents débordés par leur enfant

Que dois-je faire à ce moment-là ? Alors que certains parents perdent les pédales et se mettent à hurler devant les badauds, d’autres, comme Virginie, restent silencieux et se laissent surprendre par le regard des autres.

Liliane Holstein souligne que le problème vient du fait que ces parents n’ont pas assez confiance en leurs responsabilités parentales.

Leur statut de parents est remis en question aux yeux des autres. Ils craignent d’être jugés. Pourtant, il n’y a pas lieu d’être gêné en réalité. Il y a d’autres personnes comme vous. La majorité des parents de votre quartier sont confrontés aux mêmes difficultés. Il y a un désir instinctif de voir comment vous vous comportez à leurs yeux.

Que dois-je faire ?

Le petit bambin a depuis longtemps compris que ses parents ne veulent pas qu’il attire l’attention sur lui dans la rue. Ce point lui sert de levier et de source de contrôle sur l’adulte.

Le psychothérapeute affirme : « Les enfants qui piquent des crises sont des jeunes qui ont pensé qu’il y avait une possibilité de fragilité chez leurs parents et qu’ils avaient besoin de les tester.

LIRE AUSSI :   la période de 4 ans : peut on véritablement parler d'un " fucking four" ?

La génération actuelle d’enfants est capable d’utiliser le chantage. Ils sont conscients que les parents ne sont pas totalement libres d’exercer leurs fonctions parentales et sont vulnérables aux critiques extérieures. Le jeune sera d’autant plus anxieux s’il perçoit que son parent est secoué ou obsédé par le regard des autres. En effet, il croira que le parent est incapable de le réconforter ou de le protéger de ce qui le préoccupe.

Reprendre l’autorité parentale

Certains parents désespérés peuvent décider de ne pas intervenir dans ce genre de scénario. Ce n’est pas la meilleure solution car, même si le jeune finit par se calmer sans l’aide d’un adulte, il aura appris une fois de plus qu’il ne peut pas compter sur la détermination de ses parents pour le protéger de lui-même.

Selon Liliane Holstein, « les enfants ont besoin de croire que leurs parents sont fiables, capables de contrôler leurs désirs inconscients, et que tout ce qu’ils font est bien intentionné et approprié. Ils se sentiront ainsi beaucoup plus en sécurité ».

Une étude de cas

Votre enfant fait une crise de colère à la caisse et réclame des bonbons en hurlant. Laissez le chariot, prenez-le en charge et dirigez-vous vers la porte avant que la situation ne devienne incontrôlable.

Placez votre enfant et vous-même dans un endroit calme. Il est préférable que vous restiez en dehors du chemin des autres parents.

Il se sentira un peu plus à l’aise pour contrôler sa rage. Mettez-vous à son niveau et, de manière calme, expliquez-lui les normes de la conduite polie. Il veut faire l’expérience de votre influence apaisante, tant sur le plan physique que psychique.

Votre persévérance lui permettra de sortir de son dilemme.

D’une manière générale, assurez-vous que votre jeune a bien mangé un repas ou une collation avant de vous rendre dans un lieu public, comme l’épicerie, pour éviter les crises de colère.

LIRE AUSSI :   4 astuces pour que votre bébé mange de tout

Dans tous les cas, si vous prenez un engagement, tenez-le. Et si vous décidez de refuser une demande, faites-le avec fermeté et détermination. Car si vous finissez par céder, vous perdrez toute crédibilité. Vous pourriez lui dire avant de partir que vous réalisez à quel point il est difficile pour lui de refuser ce bonbon ou tout ce qu’il veut, mais qu’il sera content de lui s’il est capable de se maîtriser.

Ne remettez jamais en question votre validité ou votre autorité en tant que parent. Vous êtes la meilleure personne pour élever votre enfant.

Référence :

  • Paroledemamans.com / la psychanalyste Liliane Holstein