Pour les ParentsQuestions d'autorité : pourquoi vos enfants ne vous prennent-ils pas au sérieux...

Questions d’autorité : pourquoi vos enfants ne vous prennent-ils pas au sérieux ?

Durant une décennie, j’ai exercé en tant que professeure en école maternelle. J’ai observé de nombreux cas d’enfants dominant leurs parents.

Un jour, une mère a déposé sa fille de trois ans à l’école avec une pièce de monnaie dans sa main. J’ai informé la mère que je ne pouvais autoriser l’entrée de sa fille avec cette pièce, car non seulement l’argent est sale et se trouve partout, mais elle pourrait également ingérer la pièce.

Ou un autre enfant pourrait l’ingérer, ce qui est risqué. Cependant, la mère m’a donné une explication qui m’a surprise : « je n’ai pas pu la lui enlever ». Voilà un exemple typique d’une situation où un enfant domine son parent.

Il n’existe pas de situation où une mère en pleine capacité ne peut pas saisir un petit objet des mains de son enfant. Néanmoins, les parents laissent parfois les enfants prendre le dessus sans réaliser leurs actions et les conséquences sur la relation avec l’enfant.

Pour être précis, il existe une différence entre promouvoir l’autonomie d’un enfant et lui accorder l’autorité absolu.

Stimuler l’autonomie d’un enfant consiste à le soutenir dans l’apprentissage des tâches en toute indépendance et à favoriser sa réussite.

Accorder un pouvoir à l’enfant sur les parents revient à inverser l’équilibre naturel, mettant ainsi véritablement l’enfant en péril.

Il n’est ni sain ni sûr que les enfants aient autorité sur leurs parents.

Ainsi, les parents ne parviennent pas à soutenir l’apprentissage de leur enfant. L’autorité est indispensable pour être un bon éducateur, mais également un bon parent.

Il y a plusieurs situations où les parents confient involontairement le pouvoir à leurs enfants, compromettant ainsi leur propre autorité. En voici quelques exemples :

1. Vous acceptez la paresse.

Vous permettez aux enfants de créer des désordres et vous nettoyez à leur place.

Publicité

2. Vous tolérez l’irrespect.

En négligeant l’irrespect d’un enfant, vous lui accordez la permission de piétiner vos droits en tant que parent.

3. Vous avez du mal à maintenir la discipline.

Notre incapacité à agir, c’est-à-dire à appliquer les conséquences d’une mauvaise conduite (toute sanction que nous avons menacée d’imposer) montre à l’enfant que nous n’avons pas la force de tenir notre parole.

4. Vous permettez l’obéissance retardée.

L’obéissance tardive semble inoffensive jusqu’à ce que les enfants estiment qu’ils ont le droit de se rebeller et utilisent de plus en plus souvent cette stratégie.

5. Vous évitez que l’enfant ne pleure.

Les enfants vont tester les limites. Il est difficile de leur dire non, mais vous savez ce qui est bénéfique pour eux. Répondre à chaque demande simplement pour éviter les pleurs n’est pas justifié.

LIRE AUSSI :   Pourquoi les bébés pleurent-ils dans leur sommeil ?

L’autorité repose en partie sur la discipline des enfants. Bien que cela ne soit pas agréable, c’est essentiel pour aider les enfants à devenir des individus accomplis.

Comment maintenir la cohérence et faire respecter son autorité ?

Les larmes de vos enfants peuvent rapidement vous amener à négliger vos principes de discipline.

En outre, le travail, la tension et toutes vos autres responsabilités peuvent aussi vous inciter à relâcher la vigilance et à tolérer plus aisément les conduites rebelles de vos enfants.

Cependant, il est important de reprendre le contrôle. Voici quelques méthodes simples pour maintenir la cohérence et préserver votre autorité :

1. Collaborez avec votre conjoint(e)

Votre conjoint(e) est votre meilleur soutien lorsqu’il s’agit de persister dans la discipline des enfants. Vous devez être unis (ce qui peut être compliqué lorsque l’un de vous est plus indulgent et l’autre plus rigoureux !).

Discutez de la manière dont votre partenaire envisage l’éducation de vos enfants et trouvez un consensus sur les règles fondamentales. Par la suite, tenez bon sur ce que vous avez décidé et mettez en œuvre les sanctions appropriées si nécessaire.

2. Évitez d’établir trop de règles

Je sais que c’est plus facile à dire qu’à faire. Il nous paraît souvent judicieux, face aux impolitesses des enfants, de créer une règle pour chaque mauvaise action commise et de définir une sanction correspondante.

Le souci, c’est que vous ne retiendrez pas toutes les règles et conséquences, et vos enfants non plus ! Si vos enfants ne se rappellent pas des règles parce qu’il y en a trop, comment espérez-vous qu’ils les respectent ?

Simplifiez-vous la vie et celle de vos enfants. Sélectionnez le comportement qui nécessite le plus d’attention et définissez des conséquences claires en cas de manquement, puis tenez bon. Une fois le comportement amélioré, passez au problème suivant.

3. Tentez de différencier les comportements les plus problématiques de ceux qui sont simplement puérils et sans danger.

Par exemple, si un enfant se montre irrespectueux envers les personnes âgées ou agressif, cela relève d’un comportement nécessitant de la discipline.

En revanche, retirer ses chaussures en public ou oublier systématiquement de manger sa soupe avec une cuillère ne sont pas des comportements exigeant une discipline stricte.

LIRE AUSSI :   Faut-il devenir amie avec les mamans des copains de ses enfants ?

Vous pouvez toujours rappeler aux enfants de remettre leurs chaussures ou d’utiliser une cuillère, mais ne vous acharnez pas sur la sanction à chaque oubli.

4. Évitez les menaces sans conséquence

Ne dites pas que vous jetterez tous les jouets la prochaine fois que les enfants ne les rangeront pas correctement. Vous savez pertinemment que vous ne le ferez pas (du moins je l’espère, car ce serait excessif).

À la place, lorsque vous imposez une sanction, veillez à ce qu’elle soit adaptée au comportement que vous souhaitez corriger. De cette manière, vous tiendrez parole.

5. Autorisez les enfants à pleurer

Je sais que certains me critiqueront pour cela, mais écoutez-moi. Refuser à un enfant la possibilité de pleurer n’est pas juste pour lui. Cela l’empêche de ressentir et d’affronter les émotions qu’il doit traverser.

Mais en quoi cela nuit-il à votre autorité parentale ? C’est très simple. La seule manière de garantir que votre enfant ne pleure jamais est de combler tous ses désirs. Cela vous transforme en serviteur, plutôt qu’en parent responsable.

Il vous tient sous son emprise et vous perdez tout contrôle. L’enfant testera des limites. Il explorera déjà jusqu’où il peut aller.

Bien sûr, il réclamera des friandises. Pleurera-t-il s’il n’en obtient pas ? Probablement. Et il sera évidemment très difficile de résister à ces grands yeux larmoyants et cette lèvre inférieure gonflée et tremblante.

Cependant, il n’est pas sain pour les enfants d’obtenir tout ce qu’ils veulent. En tant que parent, vous devez admettre que les enfants doivent parfois éprouver un peu de chagrin pour assimiler des leçons de vie cruciales.

C’est votre responsabilité en tant que parent de les accompagner et vous ne pouvez pas accomplir cette mission si ce sont les enfants qui détiennent le pouvoir dans votre relation.

6. Ne tolérez pas la soumission différée

Mon père disait souvent que la soumission tardive était en réalité un acte de rébellion. Bien sûr, en tant qu’enfant, je n’appréciais pas cette affirmation, car elle décrivait exactement mon comportement, alors je résistais.

Je ne voulais pas être puni et je ne voulais pas obéir aux ordres. La solution ? Je repoussais l’écoute. Voici quelques exemples de soumission différée que les parents acceptent et tolèrent régulièrement : « dès que j’aurai fini le jeu / l’épisode / le chapitre » ou « je le ferai plus tard / demain / l’année prochaine ».

LIRE AUSSI :   10 conseils pour survivre au stade du nouveau-né

Ces expressions détournent intentionnellement l’attention du fait que le parent a donné une consigne. Il est acceptable de demander : « puis-je finir ce chapitre avant de nettoyer la pièce ? ».

Cela signifie que l’enfant reconnaît l’autorité du parent et que c’est le parent qui prend la décision finale.

Ces termes dévient intentionnellement l’attention du fait que le parent a donné un ordre. Il est acceptable de demander : « est-ce que je peux finir ce chapitre avant de ranger la pièce ? ». Cela indique que l’enfant reconnaît l’autorité du parent et que c’est le parent qui prend la décision finale.

En revanche, si c’est l’enfant qui choisit les conditions sous lesquelles il agira, cela signifie qu’il reprend l’autorité parentale. La soumission différée est en réalité un acte de rébellion et vous devez la considérer comme telle, car vous êtes le responsable – et non vos enfants.

7. Ne tolérez pas la paresse

La paresse peut s’insinuer progressivement dans la vie quotidienne. Un moment, vous imposez des responsabilités aux enfants et, avant de vous en rendre compte, vous nettoyez le désordre qu’ils ont créé.

Apprendre la responsabilité aux enfants est une compétence essentielle pour la vie. En n’inculquant pas la responsabilité aux enfants, vous affaiblissez en réalité votre autorité parentale.

En faisant un effort supplémentaire pour enseigner les responsabilités aux enfants dès maintenant et en augmentant ces responsabilités au fur et à mesure qu’ils grandissent, vous éviterez des problèmes futurs.

Non seulement les enfants apprendront à prendre soin d’eux-mêmes, mais ils apprendront également à respecter les tâches que vous leur confiez. Cela signifie moins de travail pour vous, un avantage bienvenu !

8. Ne tolérez pas le comportement irrespectueux

Il est surprenant de constater que certains parents acceptent un comportement irrespectueux de la part de leurs enfants.

Laisser les enfants se montrer irrespectueux ou insolents est tout simplement inacceptable ! Cela comprend, entre autres : les réponses impertinentes, la grossièreté, les coups, les coups de pied, la désobéissance délibérée, les insultes et le mutisme.

En ignorant le manque de respect d’un enfant envers vous, vous lui accordez en réalité la permission de piétiner votre autorité parentale. Les enfants devraient respecter leurs parents, car c’est la chose juste à faire. Néanmoins, facilitez-leur la tâche en vous comportant de manière à mériter leur respect.

Exclusive content

Latest article

More article