Quand les enfants commencent-ils à faire des cauchemars ?

0
43
Quand les enfants commencent-ils à faire des cauchemars-min
© Photo : Freepik

Le bébé se tord et gémit dans son sommeil, son visage tordu… il est peut-être en train de faire un cauchemar. A quel âge les bébés commencent-ils à faire des cauchemars ? Y a-t-il une différence entre les cauchemars et les terreurs nocturnes ? Comment apaiser bébé après un cauchemar ? On vous explique.

Vous avez bien dormi jusqu’à présent, mais depuis quelques nuits, votre nourrisson est devenu un dormeur plutôt agité. Il se réveille au milieu de la nuit, tendu tout au long de son sommeil, et s’agite pendant un court instant. Votre nourrisson a-t-il des terreurs nocturnes ? A-t-il déjà fait des cauchemars ? Comment le réconforter ? La pédiatre Béatrice Di Mascio, auteur de Mon enfant, de la naissance à la maternelle Ed. Albin Michel, fournit des explications sur le site de nos confrères magicmaman.

A quel âge votre enfant commence-t-il à faire des cauchemars ?

Après un an, soit environ 18 mois, les cauchemars commencent à se développer, même si les nouveau-nés commencent à rêver très tôt. Il est essentiel de faire la différence entre les terreurs nocturnes, qui surviennent pendant le sommeil paradoxal au début du cycle, et les cauchemars, qui surviennent plus tard dans la nuit, après trois heures du matin.

Pour vous rafraîchir la mémoire, le sommeil paradoxal est le stade du sommeil où l’activité cérébrale est à son maximum, presque aussi intense que lorsque vous êtes éveillé. D’où son nom. Les rêves surviennent le plus souvent pendant cette phase, qui vient après la phase de sommeil lent, dans laquelle se succèdent les phases de sommeil lent léger et de sommeil lent profond.

Que sont les terreurs nocturnes ?

Le bébé résout ses angoisses diurnes au début de la nuit en stockant les événements de la journée dans son disque dur, ce qui peut entraîner des terreurs nocturnes. Bien qu’il dorme, le bébé semble agité. Le jeune peut avoir les yeux grands ouverts ou partiellement ouverts pendant une terreur nocturne, et bien qu’il soit endormi, il bouge beaucoup. Il est important d’empêcher l’enfant d’être réveillé pendant une terreur nocturne, car il sera difficile de le rendormir par la suite. Parlez-lui doucement pour tenter de le calmer. Tapotez-lui doucement la tête, ces gestes aimables pourraient le réconforter.

LIRE AUSSI :   Quand arrêter le cododo avec votre enfant ?

Bien que le scénario puisse sembler accablant, votre présence n’est pas nécessaire. De plus, il ne se souviendra pas de ces frayeurs, c’est comme le somnambulisme. Il n’est pas nécessaire de l’attraper tout de suite. Cependant, vous devez conserver un comportement calme et réconfortant. Vous devez apprendre à discerner les terreurs nocturnes des véritables cauchemars en étudiant le jeune enfant.

Quelles formes prennent les cauchemars d’un bébé ?

Les terreurs nocturnes sont moins violentes que les cauchemars. Les cauchemars d’un tout-petit peuvent être le signe d’un stress passager. Votre jeune se réveille avec des souvenirs vivaces de ses rêves. Vous devez alors être là pour le calmer. Il veut que vous l’apaisiez et vos bras sont nécessaires s’il est souvent terrifié et éveillé.

Pourquoi l’enfant fait-il des cauchemars ou des terreurs nocturnes ?

Le développement psycho-émotionnel d’un enfant comprend une période au cours de laquelle il fait des terreurs nocturnes et des cauchemars. Il existe plusieurs gradations de la peur. Un nourrisson éprouve d’abord la peur de certains bruits de la maison (une porte qui claque par exemple). Il sera ensuite terrifié par les sons provenant de l’extérieur de la maison, comme la sirène d’un pompier. Il connaîtra également des peurs imaginaires (le noir, les sorcières, les monstres). Ces angoisses évoluent au fur et à mesure que l’enfant grandit ; elles sont courantes et parfois même essentielles.

Quand faut-il s’inquiéter des cauchemars de son enfant ?

Les jeunes parents sont souvent inquiets lorsque leur enfant fait régulièrement des cauchemars. Une période d’observation est nécessaire pour déterminer si les cauchemars d’un bébé sont réguliers ou s’ils ne se produisent que de temps en temps. Se produisent-ils certains jours ? Consultez un médecin si ces problèmes de sommeil deviennent trop graves ou se produisent souvent. Il y a sans doute une raison plus importante. Des rêves ou des terreurs qui durent longtemps sont souvent le signe d’une émotion forte et secrète.

LIRE AUSSI :   Apprendre la propreté : 2 ans, 3 ans… et toujours rien !

Comment réconforter votre enfant après un cauchemar ?

Surmonter ses inquiétudes contribue au développement de l’enfant. Si nécessaire, discutez-en avec votre enfant et évoquez les inquiétudes que vous avez pu avoir dans votre enfance. Essayez ensemble de trouver des solutions. Que pouvez-vous faire pour l’aider à avoir moins peur ? Demandez-lui. Suggérez-lui de garder la porte ouverte ou de laisser la lumière allumée la nuit. Dans tous les cas, résistez à l’envie de jouer le jeu et de prétendre que vous êtes d’accord avec le jeune. En revanche, s’il insiste pour que vous regardiez sous le lit ou dans le placard à la recherche d’un monstre, faites-le. Vous pouvez rassurer le nourrisson en le faisant devant lui avant de l’endormir, juste avant le rituel du sommeil ou juste après.

Comment combattre les cauchemars chez un bébé ?

Avant que votre enfant ne s’endorme complètement, réconfortez-le un petit moment, puis quittez sa chambre. Bébé devrait apprendre à tomber tout seul dans les bras de Morphée en ne s’habituant pas à votre présence pendant qu’il s’assoupit. Le doudou de bébé est également un partenaire fiable dans la lutte contre les cauchemars, il lui apporte du réconfort, surtout lorsque vous n’êtes pas là. Une autre option consiste à lui offrir un attrape-rêve (également appelé piège à rêves). Cet objet artisanal a gagné en popularité ces dernières années en tant que moyen d’orner les chambres d’enfants et, bien sûr, de procurer aux jeunes dormeurs un sommeil réparateur. Les tribus amérindiennes ont d’abord compris qu’il permettait d’éviter les cauchemars et les rêves terribles tout en protégeant l’individu pendant son sommeil. Fabriquez vous-même l’attrape-rêves du bébé si vous aimez bricoler (il existe de nombreux tutoriels sur le Web).