Maman épuisée : comment éviter de craquer ?

0
35
Maman épuisée comment éviter de craquer-min
© Photo : Freepik

Vous êtes une maman épuisée ? Et pour cause : être mère n’est pas facile ! Les pleurs de bébé, les cris de nouveau-né et les crises de colère des enfants sont monnaie courante. Des mamans comme Lydie, Audrey, Anne-Sophie, Elise et Claire sont au bord de l’effondrement nerveux. En réponse à leurs récits, Maryse Vaillant, psychologue et auteur de Etre mère : mission impossible (Albin Michel, 2011), propose ses suggestions pour prévenir l’épuisement maternel.

Mère épuisée « J’ai un bébé de deux mois et demi, et je n’en peux plus de l’entendre pleurer ».

Bien sûr, je l’aime, mais c’est tellement difficile de le voir pleurer ! Lorsque je le couche après qu’il s’est endormi dans mes bras, il se réveille généralement en pleurant neuf fois sur dix. Je suis terrifiée en regardant le babyphone lorsqu’il s’endort enfin. Ses cris m’agressent ; il m’arrive de le tenir dans mes bras en sanglotant car je ne sais pas du tout comment réconforter le nourrisson. Le plus dur, c’est quand cela se produit la nuit, alors que tout ce que je veux, c’est dormir ! J’aimerais souvent pouvoir remonter le temps pour avoir cet enfant lorsqu’il était encore en moi, car je le désirais tellement et j’attendais avec tant d’impatience d’accoucher pendant les dernières semaines. Bien sûr, je me sens mal d’avoir eu cette pensée. Lydia

L’analyse du psychologue

« Il n’y a aucune raison de se sentir mal. Cette expérience est partagée par de nombreuses mamans. Le nourrisson finit par trouver le sommeil, mais les parents sont vidés de toute énergie et au bord du burn-out. Vous devez prendre soin de vous. Essayez d’emmener votre nourrisson chez un acupuncteur, un homéopathe ou un ostéopathe afin qu’ils vous aident à trouver un soulagement à votre souffrance. Il n’est pas exclu que votre enfant y gagne. Vous pourriez même dormir ailleurs ou confier le babyphone à quelqu’un d’autre pendant une heure en vous bouchant les oreilles. Rappelez-vous que vous et votre enfant êtes toujours liés et que vous devez vous efforcer de trouver votre propre équilibre pour qu’il puisse trouver le sien. Ou, pour le dire autrement, vous devez vous reposer. Apprendre à être mère prend du temps, et désapprendre à être fille pour devenir mère en prend encore plus. La seule chose qui ne peut pas être faite, c’est de remettre votre enfant à sa place initiale ! »

« Travail, enfant, maison… Je n’en peux plus », dit une mère épuisée.

« Mes deux enfants ont 21 mois et 4 ans. J’ai pris la décision de continuer à travailler à temps partiel car j’avais peur d’être coupée du monde extérieur. Le père travaille tard le soir dans l’hôtellerie, donc il ne se lève jamais le matin. J’ai beaucoup à faire, y compris les courses à l’épicerie, les courses de la nounou, l’école, les tâches ménagères, les repas, les douches et les rendez-vous chez le médecin. Avec ces tâches, je travaille toujours seule. S’y ajoutent deux jeunes qui sont tout le temps malade… Mon travail se dégrade au fur et à mesure que la charge de travail augmente. Stressée, je retourne au travail en pensant à mes enfants malades que j’ai dû renvoyer à l’école ou mettre à la crèche parce que je n’avais pas d’autre choix. Je n’ai jamais de temps libre car je suis toujours en mouvement. À cause de l’accumulation de toutes ces tâches, des nuits courtes et du stress au travail, je suis de moins en moins tolérante et calme avec mes enfants. » Audrey

L’analyse du psychologue

« Vous démontrez à quel point la société ne parvient pas à soutenir les mamans. Votre vie est rendue difficile par la quantité excessive de corvées que vous avez accumulées. Surtout quand vous voulez tout faire correctement. Prendre toutes les décisions par vous-même. Faites tout ce qui est nécessaire. Même si ce que vous vivez est désagréable, de nombreuses femmes sont obligées de le faire à cause de la maladie, du surmenage, du stress et de l’ennui. Cependant, vous devez arrêter le processus qui vous épuise. Trouvez une assistante qui peut faire le ménage, les courses et la baby-sitter. Reconnaissez votre droit de demander de l’aide. Si votre famille est présente, elle doit aussi l’entendre, ainsi que votre conjoint. C’est acceptable. C’est une obligation pour une mère plus qu’un droit pour elle. Demandez de l’aide aujourd’hui, c’est votre obligation ! » 

La mère dit avec épuisement : « Je m’occupe de tout à la maison depuis que je suis en congé parental. » »

Quand mon deuxième enfant est né, j’ai décidé de quitter mon travail pour « voir mes enfants grandir ». Mais rester assise à la maison, avoir l’impression de faire la même chose tous les jours, et être coupée de la vie sociale sont extrêmement difficiles…. Je m’occupe de mes enfants, de mes loisirs, de mes courses, de ma cuisine, de mes projets de bricolage et même de mon jardinage puisque je ne « travaille » pas. Mon mari est maintenant beaucoup moins utile pour moi. Je ne regrette pas d’avoir pris cette décision, mais entendre des commentaires comme « tu ne fais rien de la journée » et « tu as de la chance, tu es tout le temps en vacances » est incroyablement difficile. Je préfère dire que c’est une profession qui demande une attention permanente et qui fonctionne 24 heures sur 24 ! Les petits me supplient de les aider à chaque minute. Il est difficile d’aller aux toilettes ou de prendre une douche sans être dérangé. Je vais être honnête, il y a des moments où je préférerais être au travail. Anne-Sophie

L’analyse de la psychologue

« Quand on a deux enfants, quitter son emploi « extérieur » n’est pas une vacance. Ces papas en sont totalement conscients lorsqu’ils le font. Ils sont peu communs car c’est un véritable défi ! Surtout si tout est pris en charge à la maison pendant leur absence, beaucoup de parents, hommes et femmes, préfèrent partir le matin et rentrer le soir. Votre conjoint ne vous traite-t-il pas de la même manière qu’il traitait sa mère ? C’est un peu trop bête. Et si vous l’abandonniez pendant une longue période, disons un week-end ? Ce n’est pas parce que vous n’allez pas travailler que vous devez tout prendre en charge. Vous devez partager, répartir, le laisser faire et l’encourager à le faire.

Calculez le salaire de la nounou, de la femme de ménage et de toutes les autres aides qu’il devrait employer sans vous. Arrêtez de vous apitoyer sur votre sort et d’assumer la responsabilité de tout. Vos enfants ne sont pas nés sans vous ! Donnez-vous les outils nécessaires pour inclure votre conjoint. »

Mère épuisée « Je n’ai plus de temps pour moi. »

J’ai envie de partir loin toute seule. Combien de fois ai-je utilisé cette petite phrase alors que je faisais face à des circonstances difficiles ? En réalité, le fait d’avoir moi-même deux jeunes enfants m’a permis de comprendre ce que signifie « ne plus avoir de temps pour soi ». Plus de temps pour l’inefficacité, la productivité doit passer en premier. J’ai ainsi découvert que, pour la première fois de ma vie, je rêvais de tout laisser derrière moi. Il n’y a plus de liens ni de restrictions. Très probablement parce qu’une petite voix au fond de nous dit que ce n’est pas réalisable et que notre famille finirait quand même par nous manquer. Elise

L’analyse du psy

« Tu dois prendre du temps pour toi. Votre objectif est réel, et le réaliser est d’autant plus nécessaire, afin que votre envie de fuir – très normale compte tenu de votre situation – ne se traduise pas par un vide intérieur et une mélancolie. Pour survivre, vous devez découvrir qui vous êtes. Vos enfants ne peuvent pas vous remplir, ni de leur bonheur, ni de leurs peines. Ils ont besoin de votre individualité, de votre féminité, de votre force, de votre énergie et de votre capacité à entrer en résonance avec l’environnement. Aidez-vous, relais. Aucune mère n’est nécessaire tout le temps. Chaque mère est capable de faire une petite pause. Vivre sa vie de femme, de jeune femme, c’est trouver un équilibre en tant que mère et assurer la santé de sa famille ou de son couple ainsi que de ses enfants.

Mère épuisée « J’ai trois enfants d’âge assez proche (5 ans, 3 ans et 6 mois), et je n’en peux plus. »

 Le plus petit, qui fait ses dents mais ne veut toujours pas s’endormir, les disputes des deux grands qui n’arrivent pas à jouer paisiblement plus de cinq minutes, l’aîné qui me répond comme un adolescent, et le grand enfant. Lorsque je n’en peux plus, il m’arrive de rester là et de les regarder crier et se disputer tout en agissant comme si j’avais été anesthésiée. Je n’aime pas la personne qu’ils ont créée de moi. Je suis impatiente, irrationnellement furieuse et parfois violente dans mes accès de colère, que j’essaie de gérer. Je cède à leurs exigences car c’est plus simple. Je crois que j’ai échoué en tant que mère et que j’ai renoncé à le devenir. » Claire

L’analyse du psy

« Le processus peut encore être arrêté dans son élan. Vous n’avez pas à devenir le genre de mère que vous détestez. Arrêtez. Vous avez besoin de l’aide du père, d’une aide-ménagère, d’une garderie, d’une nounou, d’une baby-sitter, d’un voisin, d’un cousin ou d’un ami. Vous trouverez une solution qui vous conviendra. Mais pour y parvenir, vous devez reconnaître à la fois votre épuisement. Si vous ne faites rien, un sérieux désespoir s’installera. Votre vitalité est nécessaire pour vos enfants. Votre capacité à refuser, à mettre fin aux cris et aux combats, à défier leurs désirs. Pour cela, vous avez besoin d’air, de loisirs, de choses agréables pour vous. De plus, n’oubliez pas que la majorité des mamans lèvent leurs mains sur leurs enfants sans être violentes. Elles sont simplement surchargées, seules, déprimées et épuisées. Toute mère lucide a eu le sentiment d’avoir échoué à un moment donné de sa vie. »

@Des témoignages sur le site Magicmaman. 

LIRE AUSSI :   Nos 10 Conseils pour aider votre enfant à arrêter la tétine