Publicité

Mon enfant frappe, pique des crises : des solutions disciplinaires positives (qui fonctionnent)

0
61
Mon enfant frappe, pique des crises-min
© Photo : Istock

Vous avez du mal à discipliner votre enfant ? Voici quatre scénarios que vous pourriez rencontrer en tant que mère et comment les gérer avec une punition constructive. l’argument avancé par la psychologue clinicienne Béatrice Sabaté sur magicmaman.

1- Il frappe sa petite sœur

« La première étape consiste à repérer le déclencheur, comme l’environnement ou le niveau d’épuisement, ainsi que la demande sous-jacente. car taper provoque souvent une insatisfaction qui ne peut être exprimée. Concrètement, nous allons d’abord séparer les enfants pour leur propre protection. Après un peu de repos, nous aiderons notre fils à se sentir mieux. parce qu’un jeune qui frappe se sent horriblement mal quand il le fait. Débarrassez-vous de l’idée qu’un enfant doit subir davantage de douleur et d’humiliation à cause de la punition avant de pouvoir s’améliorer !

Ensuite, vous essayez de communiquer avec le jeune. Que pourrais-tu faire d’autre pour te sentir mieux que de frapper, comme aller chercher un livre, ta couverture, un verre d’eau, ou simplement respirer ? Enfin, ce comportement est souvent un cri d’attention à cet âge, surtout lorsqu’il est dirigé contre un frère ou une sœur plus jeune. On peut alors utiliser la stratégie du « temps dédié » : quotidiennement, 15 minutes seul avec son enfant. Rien ne doit venir perturber cette concentration ininterrompue. L’enfant peut décider de la manière de passer ce moment privilégié avec vous en jouant, en lisant un livre, en faisant des câlins ou n’importe quoi d’autre, pourvu qu’il y ait un échange. Pas de télévision, donc !

2. Mes enfants se disputent tout le temps.

 » Il faut être deux pour avoir un désaccord, mais en tant que parents, nous n’assistons souvent qu’à un seul côté du débat. Lorsque vous y entrez, vous devez inévitablement choisir un côté. Je vous suggère donc de vous abstenir de vous impliquer. Vous pouvez aussi intervenir et « mettre les deux enfants dans le même bateau », peut-être en retirant l’objet au centre de la dispute, jusqu’à ce que les enfants trouvent une solution ensemble, en disant constamment quelque chose comme : « Chaque fois que tu prends ce jouet, quelque chose ne va pas. C’est malheureux puisque tu ne joues pas avec à la fin. Quelles sont nos options ? Identifier les tours ? »

LIRE AUSSI :   Vacances avec bébé : 7 astuces pour voyager léger !

3- Le jeune est contrarié et ne veut pas faire ses devoirs

Il est important de découvrir d’abord le besoin qui peut se cacher derrière cette attitude, surtout si la réticence à effectuer le travail scolaire est persistante. Il peut s’agir de :

  • Un sentiment d’impuissance, notamment la déclaration bien connue « Je suis inutile ». L’une des techniques est le « pas à pas » : on aide l’enfant à faire le devoir et on avance petit à petit pour en augmenter l’efficacité.
  • Un besoin d’attention : La petite fille réclame de l’attention en refusant de terminer son travail scolaire. Alors, après le travail scolaire, nous pouvons lui accorder un moment spécial rien que pour nous.
  • La résistance, l’impulsion à se rebeller : Les enfants sont conscients de l’importance que nous accordons au travail scolaire. Ils ont touché une corde sensible en refusant de les faire. Une solution serait de reconnaître les sentiments de l’enfant en disant quelque chose comme : « C’est vrai, je ne peux pas t’obliger à finir tes devoirs. Je peux comprendre car, quand j’avais ton âge, je n’aimais pas non plus finir mes devoirs.

4. Il fait un gros caprice au supermarché

« Tout d’abord, la frustration d’un enfant est tout à fait naturelle ! Si cela est possible, nous essayons de quitter la situation car, lorsque nous sommes agités et préoccupés par ce que les autres vont penser de nous, nous sommes incapables de nous comporter de manière rationnelle. Si ce n’est pas possible, vous pouvez essayer de détourner l’attention de l’enfant en lui confiant une petite tâche, comme tenir la liste des courses ou même choisir une boîte de gâteaux.

Lorsque cela se reproduit, nous en discutons avant de nous rendre au magasin : « Tu crois que tu peux venir avec moi ? Regarde, voici la liste des choses à acheter ; s’il te plaît, n’achète que ces choses, d’accord ?

LIRE AUSSI :   Les 5 phrases que les pères devraient arrêter de dire aux mères au foyer
Publicité