Bébé"Sauvons les Kévin" : un documentaire pour restaurer un prénom mal-aimé

« Sauvons les Kévin » : un documentaire pour restaurer un prénom mal-aimé

« Sauvons les Kevin », est le projet documentaire de Kevin Fafournoux, un parisien de 30 ans qui veut faire revivre un nom ultra-chic dans les années 90 devenu « ringard » et ridiculisé .

En France, on compte de nombreuses dizaines de milliers d’individus qui, d’une manière ou d’une autre, le portent, l’incarnent, l’assument. Kevin, prénom populaire dans les années 1990, est aujourd’hui la cible de blagues et de clichés. Le graphiste et cinéaste parisien Kevin Fafournoux, 35 ans, a décidé de réaliser un documentaire « sur le Kevin, pour le Kevin, par le Kevin » afin de le sauver.

14 000 nourrissons En 1994, Kevin

Sa mère, Bernadette, a choisi ce prénom pour lui lorsqu’il est né en juin 1987. Il explique : « C’était surtout parce qu’elle le trouvait séduisant ; c’était un nom irlandais qui sonnait merveilleusement bien. Sa mère ne se doutait pas que quelques années plus tard, ce prénom deviendrait viral. Plus de 14 000 garçons nouveau-nés ont reçu le nom de Kevin en 1994.

Un impact important est venu de la culture américaine et anglo-saxonne de l’époque, qui comprenait des œuvres comme des émissions de télévision et des films classiques cultes. « Les papas étaient également des admirateurs de Kevin Keegan, le joueur de football de Liverpool qui a remporté le Ballon d’or, ainsi que de Kevin Costner dans Danse avec les loups et de Kevin McCallister dans Maman a raté l’avion. Et oui, il y avait toutes les séries comme Melrose Place, Beverly Hills, ou d’autres où Kevin apparaissait souvent « , dit l’analyste trentenaire.

Mais l’embarras frappe presque immédiatement ; des humoristes comme Élie Semoun, qui créera même sa propre version féminine avec « Kevina », se moquent publiquement du nom initial dans leurs sketches. Les clichés autour de Kevin sont nombreux. Selon Kevin Fafournoux, « on pense tuning, télé-réalité, et Nord Pas-de-Calais ».

LIRE AUSSI :   Les 15 prénoms pour filles les plus tendance en Juin 2023

Un prénom né et mort

Kevin est un prénom qui est « né et mort dans les classes populaires, donné plutôt par les parents ouvriers ou travailleurs, très rarement par les parents cadres ou l’aristocratie parisienne, selon Baptiste Coulmont, professeur de sociologie à l’École normale supérieure Paris-Saclay. C’est vraiment une petite révolution ». Avant 1945, le paradigme qui prévalait était celui d’une transmission assez verticale des prénoms, qui commençait par le haut de la sphère sociale pour se terminer par le bas. » Les prénoms de Kevin sont souvent moqués par « la bourgeoisie éduquée qui pense que ce prénom représente un goût terrible. »

Ainsi, selon Kevin Fafournoux, il y avait un mépris de classe qui se ressent encore aujourd’hui. « Depuis la création du projet, j’ai eu plus de 200 témoignages de gars qui m’ont dit à quel point cela pouvait être difficile. Lorsqu’ils passent des entretiens d’embauche ou qu’ils sortent avec des femmes, ils sont parfois traités avec partialité à cause de leur nom « . Avec son documentaire, il veut changer les esprits. Le but est de démontrer que, malgré le fait de s’appeler Kevin, vous pouvez occuper des postes à responsabilité, exceller dans votre carrière et réussir dans vos études. Dans quelques mois, le tournage devrait commencer, mais qui sait ? Dylan, Kelly ou Brandon, qui sont aussi des milliers en France, pourraient s’inspirer du film.

Exclusive content

Latest article

More article